lundi 2 février 2009

La neige ... de l'or blanc.

Ce matin, il neigeait abondamment en France et notamment sur Paris. Dommage qu'il ne neigeait pas hier pour les 15km.
Donc profitant de l'occasion, j'ai enfilé mes runnings à 7h pour faire une petite sortie d'1h pour 10km avant d'aller travailler. J'ai eu la chance de courir sur la neige fraîche.
C'est la première fois que je cours le matin, et je ne suis pas du tout déçu, c'est un moment unique de la journée. Courir tôt permet de sentir le réveille progressive de la ville, sentir le passage progressive de l'obscurité à la lumière, sentir l'activité qui s'installe, les rues au début relativement vide se remplient petit à petit, le calme fait place au vacarme citadine.
Pour la première fois, je cours quand il neige, c'est magnifique, la neige fraichement déposéee rend le sol cotonneux, doux; les foulées craquent, le froid et les flocons rafrachissent la figure. En tirant la langue, on pouvait capter la fraîcheur des flocons. (Heureusement qu'il n'y avait personne, car on me prendrait pour un dingue en courant avec la langue sortie.)
La neige modifie l'environnement, comme la dernière fois, je me sens ailleurs, dans un autre espace-temps. La neige uniformise les surfaces, on y voit un sol blanc uniforme sans fin, le parc de la cité U semblait devenir plus grand, mes traces de pas laissés sur la neige m'ont permis de corriger mes foulées, j'ai tendance à "courir en canard".
Je n'aurais jamais découvert tout cela si je n'avais pas pratiqué la course à pied.

Cependant la neige cela m'a empêché de prendre mon vélo m'a fait vivre un retour à la réalité assez brutal avec le métro bondé contenant le flux incessant de travailleurs.

3 commentaires:

gilles75 a dit…

c'est vrai que ça le fait de courir sur la neige !
moi j'ai fait 40minutes de footing à 4h30 du mat.
trop cool, les avenues pour moi, et cette sensation agréable de fouler la poudreuse qui se fait rare chez nous :-)

Karatekoud a dit…

4h30 O_O ! tu es vraiment très très matinal !
Avec le réchauffement climatique, il se peut qu'il ne reneigera pas à Paris ou bien c'est le contraire nous aurons des hivers de plus en plus rude.

Sylvie Mallard a dit…

J'adore ce billet!
Ça me fait penser à nos premières niege du Québec en novembre ou décembre et le plaisir d'aller jouer dehors avec nos souliers de course.